Accueil > Ecritures > Jours d’elle > Jours d’elle (38-2017)

Jours d’elle (38-2017)

samedi 23 septembre 2017, par Fleur de carotte

Prélude

Il
demande à elle
de continuer
à entremêler les ils et les elles.

Elle préférerait courir après les ailes
des papillons de dériver
d’écrire son île.

Elle pense qu’il a raison
car
Il
tenace
pas elle
Il
sérieux
pas
elle
se délite
trop sables mouvants
diffuse dans l’air
attrapée par les vents
il
gris
creuse la terre
ancré
aimerait parfois un vol
mais à peur de déployer ses ailes.

Elle sait
qu’elle ne pourrait vivre sur une île
trop petit
le vaste lui plait mieux
elle n’aime pas la foule oppressante
le corps à corps des corps qui ne se connaissent pas
Son île
c’est une montagne où la haut
elle voit loin
les brumes les vents les mirages
elle
y respire goulûment
loin
des villes.

Lundi

Ils
se baladent dans son corps
tenaces
Elle a chaud
alors que d’autres ont froid
ils
lui donne la fièvre en dedans
elle
boue
elle éternue
se mouche
respire par la bouche
la nuit s’étouffe
en elle
c’est Waterloo, Hiroschima, la bataille de Verdun
elle
dans les tranchées a du mal à combattre
ils

Mardi

Elle
se tient le ventre
se présente et présente
C’elle
« c’est C’elle, une accueillie »
C’elle cataloguée étiquetée
C’elle pas le droit d’être
comme elle
comme moi
C’elle est autre
comme sous race
comme autre genre
C’elle évoluera comme chez elle
agréable bienveillante

elle
se tient toujours le ventre.

Mercredi

Il
a pris un coup de vieux
dix ans sans nous voir
c’est long
ça donne quelques cheveux blancs
de part et d’autre
il
propose un stérilet aux hormones
elle
lui dit c’est bon on va arrêter les frais
il
en
elle
regarde avec la douche si on peut extraire au naturel la nurserie du corps
on prend date
on s’accorde.

Jeudi

Elles
demandent un créneau de deux heures
entres elles
loin des regards
d’ils
Un an pour avoir le droit de plonger leurs corps glisser fendre l’eau
sans ils
Elles
ouvrent les portes aux autres elles
pas même culture pas même religion
et après avoir dépensé les calories du corps dans l’eau chlorée
elles se retrouvent autour de pâtisseries dorées.

Il
enfant du métissage
tombé dedans la marmite
explique
combien nos différences ne sont que des écarts
ce qui est écarté peut se rapprocher
en couleurs
ou en noir et blanc
les ils et les elles

Ce qui est étranger
c’est ce qui est étrange à nos yeux.

Vendredi

Elle
chante dans voiture
elle parle comme ça
« je chante dans voiture rien que pour toi. Tu as vu je chante comme un aigle. »

Il
tout en creux
muscles fondus
émacié
corps en suspens
vieux
il
nous dit
l’église vide puis l’église pleine
de matelas sur le sol
tribunal et correctionnelle
pour avoir abrité des hommes des femmes des enfants
que l’état laisse dans la rue
il
pas héros
juste un homme
il

Samedi

Elle rit
d’avoir fait le grand écart entre :

https://youtu.be/f5VkEB0EMAo

Et

https://youtu.be/97QlI3Fa91Q

Elle
refuse d’être assimilée
à religion désuète
archaïque
elle
se sent pourtant ancrée dans sa foi
sûre d’être au bon endroit
en adéquation avec
elle
même.

Elle
tente
d’être

et pas ailleurs
présente
pourtant
toujours dans la tête
envie de se la taper contre un mur
Elle
dit
haut et fort
pour qu’il entende
au loin
sans mail
sans rien

MARRE DE MARRE
DES ILS DES ELLES !!!!!!!!

1 Message

Répondre à cet article