Accueil > Edito > Ecrire sans douter

Ecrire sans douter

lundi 31 juillet 2017, par Fleur de carotte

Dans le site d’une animatrice d’atelier d’écriture "mots maquis", je lis :

"Je suis écrivain" parce qu’il faut bien dire quelque chose, "je suis écrivain" donc, depuis que j’ai réalisé que "j’écris" (beaucoup plus juste) laisse penser que je ne suis pas engagée totalement dans l’entreprise, alors oui, si on veut, "je suis écrivain", pourquoi pas, mais je ne suis pas écrivain quand j’écris, quand j’écris je me fonds dans le paysage, quand j’écris j’écris et je ne suis pas plus écrivain que boulangère, quand j’écris je m’oublie.

Je suis persuadée qu’il n’y a pas de cases, pas de genre déterminé et absolu, mais que nous sommes des couleurs de l’arc-en-ciel. Il y a des couleurs franches, sans doutes possibles et puis il y a les floues, les entre-deux, les couleurs en lisière...

Persuadée mais toujours en doute.

Ne pas laisser ces doutes m’anéantir.
Résister à tout jeter, le bébé, l’eau du bain et le canard en plastique jaune.
Grandir en serrant les dents et se dire qu’on n’est pas grand-chose, seulement que nous sommes avant tout, des âmes.

Répondre à cet article