Accueil > Ecritures > Ecritures en atelier > L’avancée ivre

L’avancée ivre

samedi 11 juin 2016, par Fleur de carotte

Ivres de joie
vous puiserez les eaux
aux sources
de la vie qui défile
fil tendu à l’extrème.

Faut-il avoir du cran
être pierre
être un tronc

Faut-il tracer droit sa route
être en déroute
ivres de penser

Faut-il s’obliger
subir
la vie
et ses soubresauts mécaniques

Faut-il vivre à gorge et à bras
déployés

Faut-il se donner du coeur à l’ouvrage
ou bien se tenir loin
des vagues et des aller à

Faut-il ?

Faut-il perdre du poids pour alléger la barque
Faut-il périr de froid dans un océan opaque

Faut-il ?

Faut-il tuer ce qui brûle
ce qui consume tout bas

trouer la vie sauve
et entâcher le fruit
parc’qu’au coeur on risque
que ça pourrisse
une vie pour rien
une vie sans mouvements
immobile
inutile
une vie
de
rien

Ne faut-il mieux pas courir voler guerroyer
se brûler aux feux des enfers
aller vers
prendre la vie à tour de bras
à ne plus savoir qu’en faire

Faut-il ?

Du rouage à l’engrenage
on crante
on transe
on marche
dans la boue
sur la terre mare à boue
on imprime
nos traces
nos vides
de
rien
qui s’effaçeront d’un coup de vent
d’un coup de rein

Faut-il

enfin ?

Véronik Leray
le 4 juin 2016
au Festivalet des Tisseurs de mots à Blesle (43)
Atelier mené par Rolande Reveyrand autour d’une exposition de l’artiste Gallou.

Oeuvre de Gallou

JPEG - 777 ko

1 Message

Répondre à cet article